Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le Rappel de Dieu
  • Le Rappel de Dieu
  • : Ce blog est destiné à tous les musulmans qui cherche à se rapprocher d'Allah par Sa Parole et celle de notre bien aimé prophète(saw). Par ailleurs, les non- musulmans qui veulent apprendre ou s'intéresser l'islam et ses innombrables richesses sont les bienvenues. Des thèmes, des histoires, de la spiritualité..y sont abordés. Contact : le-rappel@live.fr vos suggestions sont les bienvenues. ACCUEIL
  • Contact

Evènement

Thème du moment

Vaincre les tentations

 

La lutte contre les tentations, le plus souvent appeller en arabe " jihad nafs" littéralement  "effort contre son égo", implique pour le musulman de faire les efforts pour aboutir à une maitrise de soi.

Cela suppose un effort intellectuel pour disserner la limite entre le bien et le mal, entre le "hallal" et le" hram", entre la bonne action et la mauvaise action.

Cependant, l'effort intellectuel ne suffit pas. En effet, il est necessaire d'agir en consequence pour arriver à gérer et à controler son instinct et ses pulsions . Pour cela le croyant doit se contenir en étant maître de son ego.

C'est pourquoi le musulman est appeller à délaisser l'illicite pour parfaire son caractère et à se rapprocher du modèle, à savoir le prophète Mohammed (saw).

      Qu'Allah face de nous des musulmans sincères.

Allahouma amine.

Archives

27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 23:17

 

pomme1.jpg

 

La rencontre des parents de Abou Hanîfa An-Nou'mân Ibn Thâbit Ibn An-Nou'mân,  (célèbre sous le nom du "plus grand Imâm" (الإمام الاعظم)) est une histoire iimpressionnante. 

 

Celle-ci montre, par la crainte de Dieu, un homme est prêt à supporter n'importe quel sacrifice pour se faire pardonner...et tout ça à cause d'une pomme !

 

Thâbit marche sous un soleil brûlant en plein midi. Il arrive dans un jardin et voit une pomme tombée à terre. Il la ramasse et en mange la moitié. Puis il se rappelle qu'il n'a pas le droit de manger quelque chose qui ne lui appartient pas, il se blâme d'avoir manger la moitié de cette pomme, et à ce moment, survient le jardinier.

Thâbit lui dit :

"Je vous demande pardon pour la moitié de pomme que je viens de manger ; voilà, je vous rends ce qui reste de la pomme."

Le jardinier dit :

"Je ne suis pas le propriétaire du jardin, et je n'ai pas le pouvoir de vous accorder le pardon."
"Qui est le propriétaire alors ?" demande Thâbit.
Le jardinier lui indique une maison. Thâbit s'y rend, demande à voir le propriétaire et lui raconte ce qui s'est passé.

Le propriétaire dit : 
"Je vous pardonne à une seule condition ! Si vous l'acceptez ; vous êtes pardonné, sinon vous me rendrez des comptes au jour du jugement dernier devant Celui Qui veille tout le temps et Qui n'oublie rien."

Thâbit se met à trembler de tout son corps, de peur que la condition ne soit trop dure.
"Quelle est cette condition ?" demanda-t-il.
"Je veux vous donner ma fille en mariage." répondit le propriétaire.
"Est-ce là une condition ? C'est plutôt un prix de mérite et une récompense d'encouragement."

Mais le propriétaire du jardin poursuit aussitôt : 
"Je vais vous décrire ma fille : Elle est aveugle, sourde, muette, handicapée. Elle ne peut ni entendre, ni parler, ni voir, ni marcher ! Si vous la prenez pour épouse, je vous pardonne, sans cela vous ne pourrez pas bénéficier de mon pardon."

Thâbit réfléchit longuement, la tête baissée. Puis il dit :
"Je l'épouserai. Maintenant, pardonnez-moi. Je la servirai devant Dieu Tout Puissant."


Le propriétaire fait venir deux compagnons du Prophète (صلى الله عليه و سلم) pour être les témoins du mariage. Puis arrive le jour du mariage.
Le père de la fille dit : "Je vous ai préparé une chambre dans ma maison."

Il introduit ensuite sa fille dans la chambre et Thâbit entre à son tour. Il la voit assise et lui adresse le salut conformément aux préceptes de l'Islam. Son père lui avait dit qu'elle était aveugle, muette, sourde, et handicapée. Or celle-ci répond à son salut puis se lève, et lui serre la main. Il constate alors qu'elle n'est ni aveugle, ni sourde, ni muette, ni handicapée !

Étonné, il s'exclame : "Expliquez-moi ? Votre père vous avez décrit autrement ! ! 
Vous n'êtes donc pas aveugle, sourde, muette et handicapée ?"

Elle lui répond : "Mon père ne vous a pas mentit : Il a dit que je ne voyais pas, et effectivement, je suis aveugle à tout ce qui puisse provoquer la colère de Dieu Tout Puissant. Il vous a dit également que j'étais sourde : Effectivement, mes oreilles n'ont jamais entendu ni médisance, ni diffamation, ni frivolité, ni futilité. Il vous a dit que j'étais muette : Effectivement, je n'ai jamais prononcé de paroles susceptibles de susciter la colère de Dieu. Je suis muette à tout ce qui peut me divertir de mon adoration de Dieu.

Il vous a dit que j'étais handicapée : Effectivement, je ne fréquente aucun lieu qui ne donne pas satisfaction à Dieu. Je vais seulement à la mosquée et accomplir de bonnes oeuvres. Mon père n'a pas menti mais a bien dit la vérité."

Thâbit la regarde alors, et la trouve d'une beauté éblouissante. De leur union naquit le grand imam Abou Hanifa.

Partager cet article

Repost 0

commentaires